AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Appelle la sécurité, je crois que j'ai des problèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeda Alice
la team member » la confrérie seven
Identifiant du sujet   Sam 3 Mai - 11:41
avatar
Célébrité : Im Jin Ah
Messages : 107
Dans le jeu depuis : 03/04/2014



Appelle la sécurité, je crois que j’ai des problèmes


Aujourd’hui, j’étais un peu loin de mes missions habituelles. Au lieu de faire la femme flic, j’allais jouer la garde du corps. Franchement, si j’avais voulu embrasser cette carrière, j’aurais pas fait flic. Mais peu importe. La sécurité des habitants (presque innocents) de Rakuen était la priorité numéro 1 d’un bon policier qui se respecte. Ajouté à cela, si j’accomplissais sagement toutes les missions et toutes les responsabilités que l’on me confiait, il y avait de grandes chances que tout cela parviennent aux oreilles de Seven – qui est connu pour avoir les yeux et les oreilles sur tout ce qu’il se passe dans son petit paradis. Et qui sait, sans doute se rendrait-il compte de l’énorme erreur qu’il a maladroitement commise en me négligeant et me squeezant aussi facilement pour me remplacer par cette autruche … Ca y est, je devenais vulgaire. A force de fréquenter des criminels – je veux dire en les mettant en prison – ils finissaient par déteindre sur moi. Je devais impérativement reprendre le contrôle de mes émotions et redevenir la femme irréprochable que je suis en temps normal.

Je conduisais sans trop me presser sur le lieu de résidence du « corps à protéger ». J’avais envie d’une glace au chocolat subitement. Mais c’était trop tôt pour céder à mon envie de sucre. Je ne peux pas dire que je suis une de ses femmes esclaves du sucre, mais j’avoue avoir un faible pour les glaces au chocolat … Dis comme ça, ça fait un peu gamine … Mais personne ne lit dans mes pensées, alors ce n’est pas trop grave. Je regardais sur le GPS qui me guidait jusqu’à sa maison. Franchement, cela faisait au moins trois fois que je me rendais à son domicile … Je devrais être capable de me souvenir du chemin. Enfin, vous savez ce qu’on dit : on ne retient que les choses essentielles. Personnellement, je n’ai rien contre lui ; mis à part son besoin incessant de se sentir aimé. Il pense que je n’ai rien deviné à ce sujet. Mais franchement, ça crève les yeux. Je le vois bien, dans son comportement avec les autres. Il change, il s’adapte à l’autre de manière à épouser son idéal pour se sentir enfin aimé par l’autre. Personnellement, je trouve ça pitoyable. Je ne comprends pas ce besoin intarissable de se sentir aimé et choyé par les autres. D’accord, j’aime que l’on m’admire. Mais ça s’arrête là. Mon ego n’a pas besoin de l’affection des autres pour se sentir lui-même estimé ou quoique ce soit. Mais apparemment, tout le monde n’était pas comme moi.

- Je t’ai pris des muffins. Y’en a de toutes sorte, t’as juste à piocher.

Caïn venait de m’ouvrir la porte et je lui tendis la boîte de muffins tout chaud. Je ne dirais pas que c’était de la gentillesse. Disons que j’avais certains principes. Je n’aimais pas arriver les mains vides, lorsque je venais chez quelqu’un et ce, même si c’était pour le boulot. Pour ce qui est du tutoiement … Et bien, je n’ai pas pour habitude d’être aussi familière avec mes « clients » - ça fait trop bizarre d’utiliser ce mot, parce que dans mon métier, on parle plutôt de « victime ».  Mais c’est lui qui avait insisté. Je n’avais pas envie de rentrer dans un long débat qui me forcerait à établir une discussion plus ou moins longue. J’avais donc cédé. Je retirais mes chaussures avant d’entrer dans son appartement. Il était plutôt ordonné. J’appréciais cette qualité.

- Alors, qu’est-ce que tu as prévu de faire aujourd’hui ?

Comment on s’était connu ? Caïn avait été impliqué dans une de mes affaires, une affaire de meurtre pour être plus précise. On risquait qu’il devienne l’une des prochaines victimes. Alors on l’observait de près et on tentait de retrouver la trace du meurtrier par la même occasion. Vous l’auriez compris, j’étais l’observatrice. Je ne sais pas trop pourquoi on m’avait assigné cette tâche. Je n’étais pas la plus sociable des agents de police. Il y avait sans doute quelqu’un de plus qualifié que moi. Mais on dirait que le coup du sort a voulu que ça tombe sur moi. Sans doute était-ce une vaste blague de la part de mes « collègues » … Très drôle en effet. J’attrapais un journal qui trainait avant de feuilleter quelques pages.

- Je crois qu’il y a une sorte d’exposition de photographie. Si ça te tente.


© charney

The seven show - Signature





Lorem
Loco rerum suavissima quaeque homine quaestio quaedam homine ut subdifficilis expletum dicitur dicitur multos solemus simul ut expletum esse loco dubitatio illud amicitia ut est edendos edendos autem salis vina.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Appelle la sécurité, je crois que j'ai des problèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment appelle-t-on un bébé blaireau?
» coucou,je m'appelle nanou 42
» Je m'appelle Nala et j'ai 5 ans
» Sécurité de la cage : quel grillage utiliser ?
» Sécurité des chiens en voiture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 楽園RAKUEN
Le jardin d'Eden s'offre aux habitants
 :: マンション▬résidences :: m-n-o-p. :: Mori Caïn's apartment
-